focus sur léa lacroix !



lea actu

SPÉCIAL CONFINEMENT.
Léa a récemment signé un contrat professionnel de 2 ans (avec deux en option) avec le Handball Clermont Auvergne Métropole 63 à partir de la saison prochaine, pour jouer en D2. C’est avec une grande fierté que le club voit la première joueuse du Centre de Formation se professionnaliser.



Salut Léa, déjà toutes nos félicitations pour la signature de ton contrat pro ! Pour commencer peux-tu résumer ton parcours ?
Merci beaucoup ! Alors, j’ai commencé le handball à l’âge de 6 ans au club de Pôle Sud 38 jusqu’à mes 18 ans. J’ai fait le Pôle Espoir de Chambéry pendant mes années lycée. Bourg-de-Péage a été le deuxième club que j’ai connu depuis mes premiers pas sur un terrain.

Comment t’es-tu retrouvée au poste d’arrière ?
Au tout début, j’ai commencé à l’aile gauche car étant jeune, j’étais une bonne finisseuse et assez petite. En grandissant j’ai appris à jouer demi-centre et arrière gauche et c’est là que tout a commencé. J’ai toujours su jouer les deux postes mais je me suis rendue compte qu’à mon niveau mon poste était plus celui d’arrière gauche que meneuse de jeu, comme le demande celui de demi-centre. D’autant plus que je travaillais plus au poste d’arrière donc j’ai acquis certains savoir-faire que je maîtrise maintenant.

Quelques mots sur cette saison, au niveau individuel et collectif (même si l’incertitude plane encore concernant la fin du championnat) ?
C’est ma deuxième année avec la LFH, ce qui n’était pas prévu au début car je devais évoluer en N1, mais suite à un départ j’ai rejoint le collectif pour toute l’année. Au niveau des opportunités on peut dire que j’ai été servie car je ne suis pas descendue une fois avec l’équipe réserve. Mon temps de jeu était approprié à ce que je pensais donc je suis contente. Après au niveau de mes performances handballistiques résumées sur l’année, j’aurais préféré être un peu plus régulière, c’est la seule chose que je me reproche.
Collectivement, en début d’année il a fallu reconstituer une équipe avec beaucoup d’étrangères. Au fur et à mesure on a appris à jouer ensemble, à se comprendre et mieux se connaître sur le terrain. J’aurais aimé gagner plus de matchs avec tout le travail qu’on a fourni. Un petit goût amer de ne sûrement pas finir la saison correctement avec la situation actuelle. On va dire que je ne prévoyais pas d’arrêter si tôt avec Bourg-de-Péage mais je pense qu’on aura l’occasion de se voir après cette trêve.

Quel est ton bilan personnel de tes 3 saisons au BDPDHB, notamment au Centre de Formation ?
En arrivant à Bourg-de-Péage avec la N2, mon objectif premier était d’intégrer le Centre de Formation et de monter en N1 et j’ai eu le plaisir de réaliser les deux. J’ai commencé l’année avec la N1 et j’ai découvert la LFH en milieu d’année suite à la blessure d’Éva ; un grand pas pour moi car j’entrais enfin dans la cour des grandes ! J’ai senti une progression dans mon jeu au niveau de mes duels et de mes tirs durant ces deux dernières années. J’ai aussi pris plus d’assurance notamment grâce à la préparation mentale que je faisais avec Cédric (Houver), j’ai vraiment vu une différence sur le terrain, j’avais moins de pression et je le remercie pour ça.

Que fais-tu quand tu n’es pas sur les terrains (hors confinement) ?
Cette année j’ai commencé une formation qui est un diplôme universitaire « Performance & carrière du sportif de haut niveau », elle est implantée à Marseille donc je la fais à distance. Ensuite étant donné qu’on a deux entraînements par jour, la sieste c’est primordial ! J’essaie de cuisiner quand j’ai le temps et j’ai mon copain qui habite à Valence donc on se voit souvent pendant les temps libres et j’essaie de voir mes amis quand je peux.

Dans ce contexte si particulier, quelle est ta journée type de confinement ?
Alors le matin, c’est réveil et petit-déjeuner tranquillement, puis je bosse mes cours. À 13h, j’ai cours en présentiel. Après en milieu d’après-midi, j’en profite pour faire un peu de bronzette, du basket, du hand, du coloriage. En ce moment, je lis l’autobiographie de Corneille « Là où le soleil disparaît » et je regarde les séries Validé et la Casa de Papel. À 18h, je fais une heure de sport. Et le soir après le repas, c’est jeux de société ou émissions télé (Pékin express, Top chef, Koh Lanta, les Marseillais).

Que peux-tu nous dire de cette nouvelle aventure avec l’HBCAM 63 ?
Je connaissais un peu Jamal (El Kabouss) le coach de Clermont, il m’a contactée peu de temps après l’entretien avec le BDPDHB. Il m’a fait part des objectifs de Clermont, qui sont de monter en LFH et de faire progresser davantage l’équipe. Un projet qui me parle car ayant joué un an et demi en LFH j’espère retrouver ce niveau. Je sais qu’en D2 ça ne va pas être facile mais il va falloir faire nos preuves et montrer qu’on a le niveau.

En tant que « DJ de l’équipe », quelles musiques pour préparer un match ?
• Ritmo – Black Eyed Peas
• Adjoa – Los Grumos
• 2-0 Trumpet Beat – DJ Jixy
• Level up – Ciara
• Dweet so – Jahyanai
• Who mad again – Jahyanai
• Piece of your heart – Meduza
• Baila Conmigo – Dayvi, Willy William
• Toosie slide – Drake
• She gone go – Dmb Gotti
• Fast – Sueco the child

Un petit mot pour finir ?
Pour finir, je remercie le club Bourg-de-Péage de m’avoir offert l’opportunité de pouvoir jouer en LFH, de m’avoir accompagnée tout au long de ces trois années en tant que joueuse du Centre de Formation. Je remercie le staff, les bénévoles et les dirigeants. Je pars avec beaucoup de bagages et j’en ressors grandie donc merci !


nos partenaires majeurs

chevalgroupamaPeugeot Sovaca
bg insta